Actualités

Retour >

Le ministère de la Santé communique

Résultats de l’Agence Régionale de la Santé : les 4 plages de Cassis classées en qualité excellente pour la saison estivale 2019.

La qualité des eaux de baignade fait l’objet d’une surveillance sanitaire exercée sous la responsabilité du ministère des Solidarités et la Santé. 

L'ARS Paca réalise, pour le représentant de l’État, dans la région, le contrôle sanitaire des eaux de baignade.

Pour la saison 2019, les eaux de baignade de Cassis ont été classées par l’ARS en qualité excellente. 

Ce classement a également été validé par le Ministère des Solidarités et la Santé.

 

Quid de La station d’épuration de Cassis.

Elle fonctionne avec un traitement physico-chimique et un étage biologique.

Comme toutes les stations d’épuration, elle dispose d’un émissaire qui rejette les eaux traités dans le milieu.

L’incendie du 22 avril dernier avait endommagé l’étage biologique.

Toutefois, pendant toute la saison estivale, la station d’épuration a continué à fonctionner en régulant son traitement physico-chimique.

 

Lors de la saison estivale, des contrôles accrues à tous niveaux.

-La métropole (qui dispose de la compétence assainissement/eaux usées) a demandé à la SEAM (gestionnaire de la station d’épuration de Cassis) d’effectuer des contrôles des rejets de la station et des contrôles de la qualité des eaux de baignade sur les différentes plages.

-Pendant toute la saison estivale la DDTM (direction départementale des territoires et de la Mer/ Services de l’Etat) a exercé, après l’incendie, de nombreux contrôles sur les rejets effectués par la station d’épuration de Cassis : aucun dysfonctionnement relevé.

-L’ARS a également été plus vigilante quant au contrôle sanitaire sur la qualité des eaux de baignade.

Quant à la commune (qui exerce la police de la baignade), elle a réalisé plus d’analyses d’auto-surveillance, 238, alors qu’habituellement environ 180 analyses sont réalisées.

 

Pour demain…

L’étage biologique est réparé et la SEAM l’a remis en fonction.

Ce que la municipalité souhaite pour l’avenir c’est bien entendu aller au-delà du cadre réglementaire.

La municipalité a demandé à la métropole en MARS dernier d’étudier la question de la réutilisation des eaux usées, notamment pour l’agriculture et les espaces verts.

Cassis fait ainsi partie des 3 communes du territoire métropolitain pour lesquelles cette solution est envisagée. Une réflexion quant à l’utilisation des rayons UV à l’intérieur de la station pour compléter le grillage des particules, après l’étage biologique, est également à l’étude. Etudes qui dureront 19 mois.


A télécharger :